Nos créations< Retour à la liste

La Servitude d’Arlequin

La Servitude d’Arlequin

Brusquement, sans que nul n’en ait été prévenu, le gars débarque, vêtu d’un survêtement défraîchi ou d’une doudoune miteuse, le nez en sang, le visage couvert de contusions, ghetto-blaster sur l’épaule, tout droit surgi d’une de ces villes portuaires du nord, où le gris du ciel, de la mer, des docks de béton, le dispute aux couleurs aveuglantes des voitures de sport et des baskets de marque.
Le gars en question s’appelle Arlequin.
Il incarne, pour les quinze minutes à venir, la figure archétypale du valet de comédie, celui qui, de Molière à Hugo en passant par Marivaux et Beaumarchais, a promené sa livrée à travers les siècles du répertoire dramatique français. Attaché au service d’un maître haïssable, il nous raconte l’enfer de sa servitude. Dans son malheur, il n’est qu’une nouvelle pour le réconforter : il paraît que Scapin, le plus rusé de tous les valets, est de retour en ville. Nul doute qu’il s’apprête, par une de ses nouvelles fourberies, à venger l’honneur des misérables de ce monde.

La vocation de cette petite forme, c’est de faire prologue à l’œuvre de Molière telle qu’elle sera mise en scène par Laurent Brethome, et par là même de susciter chez le spectateur le désir d’en voir plus.

Distribution & production

CRÉATION 2014
Repris en tournée 2015

Mise en scène Thierry Jolivet

Saison 14/15
Saison 13/14
Dossier artistique à télécharger
  • webDSC00902
  • webDSC00906
  • webDSC00921
  • webDSC00923
  • webDSC00932